Parc National de Komodo

Après une petite nuit sur Bali, nous voilà partis pour l’île de Florès, également appelée Nusa Tenggara en Indonésien. 1 heure 30 de vol suffira à rejoindre Labuan Bajo, située à la pointe Ouest de Florès. C’est une ville stratégique puisqu’elle permet notamment de rejoindre le Parc national de Komodo. Ça tombe bien puisqu’il s’agit de notre prochaine étape ! Le parc (classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1991) comprend notamment les îles de Komodo, Rinca et Padar.

Notre jet privé
Notre « jet privé »
L'Indonésie vue du ciel
L’Indonésie vue du ciel

Après deux jours à nous reposer à Labuan Bajo nous planifions une petite excursion de 2 jours et 1 nuit sur un bateau qui fera le tour des îles Komodo.

Port de Labuan Bajo
Port de Labuan Bajo

Nous avons booké cette excursion avec l’agence Getrudis. Nous avions consulté une demi-douzaine d’agences (toutes situées dans le centre de Labuan Bajo) et avons opté pour celle-ci, qui proposait un programme intéressant, pour un prix raisonnable (750k IND – 48€ par personne).

C’est surtout l’attitude de notre interlocuteur qui a fait pencher la balance. Il devait avoir 13 ans mais il parlait plutôt bien anglais et il a su nous expliquer en détail le déroulement du séjour, les lieux et choses que nous pourrions découvrir, etc. Cela paraît évident comme ça mais d’autres se contentaient de nous donner le prix sans explications. D’autres ne savaient même pas le prix (?) ou ne pouvaient nous assurer que nous pourrions partir le jour voulu.

En route pour les îles Komodo

Nous nous sommes rendus à l’agence le lendemain à 7h30. Trois membres du staff dormaient dans le local quand nous sommes arrivés. C’est en fait monnaie courante ici, il y en a toujours un qui roupille dans la rue, sur le port, dans le hall d’un hôtel alors que la personne travaille bien ici. Ça ne nous dérange aucunement mais ça manque un chouïa de professionnalisme, selon nos standards français !

Après une petite demi-heure à chercher notre bateau sur le port, ben oui, l’agence ne le trouvait pas (?) et à se demander dans quoi on s’embarquait, nous voilà à bord du « Blue eyes ». Un autre Français et une Hollandaise sont déjà installés. Un couple de Québécois et un couple d’Indonésiens en lune de miel se joindront à nous quelques minutes plus tard.

Notre maison pour deux jours
Notre maison pour deux jours

L’équipage parle 3 mots d’anglais mais on devrait survivre.

1 heure plus tard, nous voilà partis ! Je découvre que le bateau a des toilettes occidentales et une petite douche, bonne surprise car je me voyais devoir faire ma petite affaire à l’arrière du bateau pendant deux jours. Le reste n’est pas folichon mais ça fera l’affaire !

Au premier plan, le capitaine. Tout va bien...
Au premier plan, le capitaine. Tout va bien…

Rinca Island

Première étape, l’île de Rinca. Damien et moi sommes tout excités car elle fait partie des deux seules îles au monde à accueillir les dragons de Komodo ! L’autre île étant… drum rolls… l’île de Komodo !

Nous avons hâte de voir ces grosses bêtes évoluer en pleine nature et attendons ce moment depuis plusieurs mois.

On n'est pas malheureux...
On n’est pas malheureux…

Malheureusement notre timing est très serré, nous sommes partis en retard et nous avons déjà navigué pendant près de deux heures. Nous aurons seulement une petite heure pour découvrir Rinca.

Sur l’île de Rinca, il n’est pas possible de se balader seul, c’est trop dangereux car les dragons (estimés à 5700 dans le parc) sont en totale liberté et une morsure peut vous tuer en quelques jours.

Welcome to Rinca Island!
Welcome to Rinca Island!

C’est donc accompagnés d’un ranger que nous pourrons visiter l’île. Il nous propose 3 parcours, plus ou moins compliqués et surtout plus ou moins longs. Très limités dans le temps nous optons tous pour le parcours le plus court, pas trop le choix !

Nous observons rapidement notre premier dragon, peut-être même un varan finalement car il est vraiment petit…

Notre premier dragon ! Un bébé ?
Notre premier dragon ! Un bébé ?

Tout à coup, tapis sous un bâtiment (la cuisine du parc), se cachent un dragon, puis deux, puis trois ! Ils sont énormes mais sont en fait difficiles à repérer tellement ils parviennent à se camoufler avec le paysage. Il faut vraiment rester sur ses gardes et rester… près du garde !

Dragons du Komodo faisant la sieste, tranquillous
Dragons de Komodo faisant la sieste, tranquillous

Le ranger nous explique comment ces gros reptiles vivent dans le parc, de quoi ils se nourrissent, etc.

On fera seulement un beau zoom sur ce dragon hein !
On fera seulement un beau zoom sur ce dragon hein !

Il nous montre également quelques « nids » où les femelles viendront pondre leurs œufs qui écloront sept à huit mois plus tard.

Les dragons squattent en fait les nids de mégapodes (voir photo ci-dessous !) et les aménagent selon leurs besoins.

Mégapodes
Mégapodes

Les femelles ne s’éloignent jamais du nid car les dragons sont cannibales et mangent les œufs de leurs confrères.

Une fois sortis de leur coquille, les petits sont voués à eux-mêmes car la maman prend rapidement la fuite ! Pour survivre, ils grimpent instinctivement dans les arbres, dans lesquels les dragons adultes ne pourront monter et les dévorer.

Nous aurons la chance de croiser le chemin d’une femelle.

Elle est plus petite que les mâles observés aux abords de la cuisine mais elle est beaucoup plus impressionnante. Sans doute car les mâles que nous avions vus ne faisaient que roupiller, ils n’avaient rien de très menaçant. Le guide nous a expliqué qu’ils étaient plus actifs en début ce journée, ici ils sont en pleine digestion, ils préfèrent s’économiser et rester au frais.

Belle bête
Belle bête
Rinca, une île très accueillante
Rinca, une île très accueillante
Baie de Rinca Island
Baie de Rinca Island

Après 1h30 de visite (oui, on a un peu dépassé l’heure prévue), nous reprenons la mer et déjeunons sur le bateau.

Un vrai festin !
Un vrai festin !

Nous faisons un peu plus connaissance avec le reste des passagers, tous très sympathiques ! On apprend que chacun est passé par une agence différente et a payé plus ou moins cher, pour la même prestation ! Coup de bol, nous avons payé le moins cher.

Nous continuons à voguer, pendant de longues heures, le bateau est agréable mais je regrette que nous soyons partis si tard ce matin car dans le coin, le soleil se couche  avant 18h00, ce qui limite drôlement les visites.

Komodo Island

Nous rejoignons ensuite l’île de Komodo, tant attendue. Comme sur Rinca nous faisons appel à un ranger pour visiter l’île.

Welcome to Komodo Island
Welcome to Komodo Island
Komodo, A World Heritage Site
Komodo, A World Heritage Site

Nous faisons à nouveau le parcours le plus petit car nous n’avons qu’une heure sur place.

Coucou
Coucou

Nous voyons de nombreux dragons, ils sont encore plus camouflés ici, il faut vraiment rester sur ses gardes et vérifier les alentours avant d’avancer car on les distingue parfois une fois à 4-5 mètres d’eux. La distance de sécurité étant de 3 mètres.

Traces de dragon
Traces de dragon

Cette promenade est bien sympathique mais un peu trop courte à notre goût. Nous croisons un beau dragon qui se laissera photographier un long moment.

Les rangers connaissent parfaitement l’angle à adopter pour donner cette illusion, nous sommes en fait à plusieurs mètres de lui.

Même pas peur

Nous continuons la balade sans grand succès, nous voyons d’autres dragons mais ils restent tapis dans les feuilles, ils ne bougent pas… Nous sommes un poil déçus de ne pas les avoir vus plus actifs, plus vivants. Nous n’avons pas eu de gros frissons ni de grosses sensations en les voyant, ils ne paraissent pas aussi sauvages et dangereux que nous ne le pensions.

Komodo Island accueille aussi quelques biches, proies préférées des dragons !
Komodo Island accueille aussi quelques biches, proies préférées des dragons !

Peut-être qu’une randonnée plus longue, plus éloignée de l’entrée du parc et en début de journée procurerait ce sentiment d’aventure ? Sans doute. Une prochaine fois !

Pumba
Pumba

Nous remontons à bord pour une petite demi-heure.

Pink Beach

Nous arrivons au large de pink beach, située sur l’île de Komodo. Elle est appelée ainsi car selon le positionnement du soleil, le sable paraît rose. Bon à cette heure-là, clairement c’est white beach mais nos attentes n’étaient pas bien hautes donc nous ne sommes pas déçus. D’autant plus qu’il s’agit en fait d’un spot de snorkeling exceptionnel !

Pink Beach sur Komodo Island
Pink Beach sur Komodo Island

Une fois l’ancre jetée (sur des coraux, hum), nous sautons du bateau, palmes aux pieds, masque et tuba sur le visage, pas une minute à perdre, plouf !

Direct, c’est l’aquarium ! Il y a des poissons multicolores tout autour de nous, les coraux sont splendides. D’habitude morts, ternes, cassés, nous découvrons ici un vrai paradis aquatique !

Pink Beach et ses fonds marins
Pink Beach et ses fonds marins

Malheureusement il est assez tard et la visibilité se réduit de plus en plus, vraiment dommage, cela vaudrait le coup de revenir une autre fois !

Soudain, une sirène !
Une sirène

Nous remontons rapidement sur le bateau et partons admirer le coucher de soleil un peu plus loin, au large de Komodo Island.

Coucher de soleil
Coucher de soleil

Une nuit sur Blue Eyes

La nuit tombe assez vite, nous jetons l’ancre à côté de nombreux bateaux. Soudain surprise. « Bintangs, bintangs! »

Nous apercevons un monsieur sur une sorte de pirogue, clairement sorti de nulle part. Nous pensons à une blague mais non, il a des bières et veut nous en vendre pour l’apéro.

"Sinon tu veux pas un petit dragon en bois ?"
« Sinon tu veux pas un petit dragon en bois ? »

On se regarde tous en rigolant, en se demandant si c’est bien raisonnable et après 3 secondes d’hésitation on lui prend tous une bouteille chacun ! Hé c’est pas tous les jours qu’on vient te vendre une petite bière bien fraîche, en pleine mer ! De plus elle coûtait à peine plus cher que sur la terre ferme donc fais péter !

La concurrence est rude ici et même les enfants essaient de te vendre de l’alcool !

"Bintangs, bintangs !"
« Bintangs, bintangs ! »

Le dîner nous est rapidement servi et encore une fois c’est un délice !

Nous passons une excellente soirée, à jouer aux cartes et papoter avec nos compagnons de voyage.

Nous sommes quasiment enthousiastes à l’idée de dormir sur le pont du bateau. Quasiment. Ici c’est ambiance conviviale, pas de couchette, pas d’intimité, ça sera matelas à même le sol, à côté les uns des autres.

Bonne surprise, le drap-housse sent plutôt bon, on a même un petit oreiller, sa housse qui sent également le propre et une petite couverture, nickel aussi. On sort quand même le sac à viande qui nous avait déjà rendu service pendant notre nuit dans la jungle et c’est parti pour un dodo en pleine mer, avec seulement une bâche pour nous séparer des étoiles.

La nuit s’est plutôt bien passée. Nous nous réveillons vers 4h00 et admirons le lever de soleil. Enfin, moi je reste un peu « au lit » et Damien se lève pour admirer le spectacle.

Lever de soleil sur Blue Eyes
Lever de soleil sur Blue Eyes

Vers 4h30 le bateau redémarre et l’odeur d’essence omniprésente me sort de ma paresse. J’ai la nausée, la mer est pourtant assez peu agitée ce matin et je n’ai jamais le mal de mer, mais ce matin ça ne va pas fort.

Je me force à manger un peu d’omelette et attends que ça passe. Il faudra rejoindre la terre ferme pour que ça aille mieux, malheureusement le débarquement sera assez mouvementé.

Padar Island

Après quelques heures de navigation, nous voilà tout près de l’île de Padar. Néanmoins ici, il n’y a pas de ponton pour rejoindre la plage. Les autres bateaux, légèrement plus luxueux que le nôtre ont tous une petite annexe pour débarquer en douceur.

Nous, ce sera un radeau. Fait de polystyrène il flotte très bien ! Ha oui ça il flotte mais une fois mon postérieur posé dessus, n’allons-nous pas tomber à l’eau ? Gros suspense !

Le Radeau du dragon
Le Radeau du dragon

Nous laissons passer deux petits groupes devant nous, nous observons le « capitaine » ramer laborieusement et nous finissons par nous jeter à l’eau ! Enfin, façon de parler car nous arriverons, dignement et au sec sur la rive.

Mon mal de mer est passé, ouf ! L’un des passagers (celui en lune de miel) vomit ses tripes derrière un rocher et nous voilà partis pour une petite randonnée sur l’île de Padar. Il est à peine 7h00 du mat’, tout est normal.

Il s’agit d’une île volcanique et pour admirer la vue, il va falloir grimper ! On commence par des escaliers qui disparaissent au fur et à mesure de notre ascension. Ils sont en train de les faire/refaire donc d’ici quelque temps la grimpette devrait être plus simple.

En attendant, comme d’habitude c’est compliqué de grimper. Entre les grosses pierres, le sol qui se dérobe sous nos pieds et un beau dénivelé ce n’est pas évident ! De plus, il est assez tôt mais il fait extrêmement chaud, le suintement de la moustache est de retour.

La vue n’est pas si mal hein ?

Panorama sur Padar Island
Panorama sur Padar Island
Un couple d'amoureux sur Padar Island
Un couple d’amoureux sur Padar Island

Damien aura le courage de monter encore plus haut. Il en profitera pour sortir Dronie et admirer le paysage.

Nous redescendrons, non sans difficultés jusqu’à la plage. Mon mollet droit a profité de cette descente pour faire frotti-frotta avec un rocher. Je m’en sors avec une petite égratignure, rien de bien grave.

On m'a toujours dit que j'avais une bonne descente
On m’a toujours dit que j’avais une bonne descente

Un petit coup de rame et nous voici en route pour Manta Point où comme son nom l’indique nous pourrons peut-être admirer des raies Manta !

Nous aurons la chance d’apercevoir quelques dauphins au cours de notre traversée !

Je vous promets que ce sont des dauphins !
Je vous promets que ce sont des dauphins !

Manta Point

Nous sommes tous en maillots, l’équipement de snorkeling est en place, on est au taquet !

Presque, car le sol est ultra glissant et chacun tombe à son tour, entraînant parfois lamentablement une autre personne dans sa chute. Damien s’en tirera avec honneur en se rattrapant in extremis à un poteau et je me contenterai de glisser plus tard, juste au moment de sauter du bateau, ce qui me vaudra un magnifique plat sur les fesses, que Damien aura la chance d’admirer de A à Z, splendide !

"Alors, elles où cette petite raie ?"
« Alors, elle est où cette petite raie ? »

Après ce petit épisode Vidéo Gag, les choses sérieuses commencent lorsqu’un membre de l’équipage crie « manta ray, manta ray, jump!!! ». Haaaa ! Okay c’est parti ! Damien saute rapidement et se lance dans un crawl magnifique tandis que je saute misérablement et tente de palmer laborieusement. Tout le monde fonce sur la raie Manta. Je ne vois rien du tout à part des touristes partout, certains avec des gilets de sauvetage qui se font traîner par un petit bateau à moteur… Je nage, je donne tout, mais que dalle !

Sur le bateau on nous fait signe de remonter, je m’exécute. Damien est loin, j’espère qu’il a pu la voir. Il l’a vue mais elle allait très vite la bougresse, farouche cette raie !

Tout le monde remonte à bord. Damien et moi sommes un peu sceptiques sur le Manta Point, le fait de sauter dans l’eau tous en même temps, le fait que la raie précédente soit si rapide, on y croit peu.

Quand tout à coup on nous lance de nouveau « jump! Jump! ». Hop, Damien saute, je fais mon petit plat sur les fesses que je m’explose bien au passage. On rigole et hop on s’y met !

On nage, je regarde dans les profondeurs et là, le temps s’arrête.

J’aperçois enfin cette raie Manta, majestueuse. Elle est immense, environ 3 mètres d’envergure. Je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’elle soit aussi grande. Celle-ci est plus généreuse puisqu’elle nous laisse l’observer pendant plusieurs minutes. Nous sommes très nombreux au-dessus d’elle mais j’ai l’impression d’être seule au monde.

Raie Manta
Raie Manta

Je suis très émue et les larmes me montent aux yeux (moi, émotive ?). Je ne saurais expliquer pourquoi mais c’était un moment unique ! L’un des plus beaux de ce voyage.

Raie Manta
Raie Manta

Damien a pu s’en approcher davantage (grâce à sa formation en apnée) et l’observer de plus près.

Nous remontons sur le bateau, complètement émerveillés et ébahis par ce spectacle.

Au fil de l'eau
Au fil de l’eau

Nous nous remettons tranquillement de nos émotions et profitons du paysage avant de rejoindre l’île de Kanawa. Nous déjeunerons à nouveau, à base de poissons, aubergines, riz frit et bananes.

Kanawa Island

Kanawa Island, île paradisiaque
Kanawa Island, île paradisiaque

Dernier arrêt (manta) : l’île de Kanawa.

Bon, on va attendre pour sauter hein
Bon, on va attendre pour sauter hein

Nous pourrons admirer encore une fois une multitude de poissons, coraux et étoiles de mer.

Fonds marins de Kanawa Island
Fonds marins de Kanawa Island

En témoigne cette petite vidéo.

Kanawa Island - Nemo
Kanawa Island – Nemo
Bénitier sur Kanawa Island
Bénitier sur Kanawa Island

Au bout d’une petite heure nous remontons à bord. Nous nous jetons sur les bananes frites au fromage râpé. Oui, encore elles ! Mais tout juste sorties de la poêle c’est un délice ! Je dois préciser que le fromage ne fond pas, il reste plastique (oui, plastique, ici ils le conservent hors du frigo donc je doute de sa contenance en lait).

Passion Pisang goreng
Passion Pisang goreng

Nous rejoindrons le port de Labuan Bajo vers 16h00, entièrement ravis de notre petit séjour. Nous ne pouvons que recommander cette excursion ! Certains trouveront le confort peut-être trop sommaire à bord mais sachez que d’autres compagnies proposent le même type d’excursion, sur des bateaux avec cabines, en revanche le prix ne sera pas le même ;).

Nous finirons notre journée au Fish Night market, accompagnés de Clément, le Français rencontré à bord. Nous nous régalerons autour de poissons et seiche grillés (je soupçonne néanmoins la seiche d’être responsable d’une petite intoxication alimentaire que je subirai le lendemain…).

Coucher de soleil sur le port de Labuan Bajo
Coucher de soleil sur le port de Labuan Bajo

Le lendemain justement, je resterai à l’hôtel pour me reposer, me vider et  rattraper mon retard sur mes séries (et la rédaction de mes articles). Damien, quant à lui partira pour une journée plongée ! Je lui laisserai la plume pour un prochain article.

Nous quitterons ensuite Labuan Bajo pour rejoindre en avion la ville d’Ende, située un peu plus à l’Est sur l’île de Florès, pour atteindre la prochaine destination : Kelimutu.

Un commentaire sur “Parc National de Komodo

Ajouter un commentaire

  1. Bravo pour votre blog! ; c’est formidable d e pouvoir partager un peu de votre magnifique voyage; vos photos sont magnifiques et les commentaires simples et intéressants Continuez: les voyagesforment la jeunesse et je suis sûre que vous apprenez beaucoup

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑