Que faire au Lac Toba ?

Après ce superbe Jungle trek à Bukit Lawang nous prenons la direction de Parapat, ville où nous pourrons embarquer pour l’île de Samosir, située au cœur du lac Toba.

Bukit Lawang -> Parapat (lac Toba)

Nous décidons de nous y rendre en voiture privée. Nous partons avec Romy et Alex, de quoi minimiser les frais. C’est le bon plan ici, si vous voulez voyager de manière confortable et abordable, trouvez-vous des amis ! C’est finalement plutôt simple dans ce genre d’endroits touristiques, il y a de fortes chances que les clients de votre Guest House partent dans la même direction que vous et soient heureux de partager une voiture.

Batu Kapal Guest House s’est chargé de nous trouver un chauffeur, nous leur avons demandé 2 jours avant et ils se sont occupés de tout. Nous avons payé 300 000 IND par personne (19 €). Il doit exister d’autres alternatives plus abordables mais j’avoue avoir opté pour la facilité et le confort !

Nous sommes partis en début de matinée, un petit coup de moto pour sortir de la jungle entourant l’hôtel et nous voilà embarqués pour 7 heures de route dans une voiture très confortable dans laquelle nous discuterons et chanterons en cœur, au top !

Nous ferons plusieurs pauses tout au long du voyage, nous prendrons notamment notre déjeuner dans une sorte de cantine où nous dégusterons quelques mets indonésiens.

Pause déj', en route pour Parapat
Pause déj’, en route pour Parapat

La balade est fabuleuse, nous passons à travers des paysages de toute beauté.

En route pour le Lac Toba
En route pour le Lac Toba (Danau Toba en Indonésien)

Notre chauffeur nous arrêtera gentiment près de la cascade de Sipiso-piso, grandiose !

Cascade de Sipiso-piso, 120 m de haut
Cascade de Sipiso-piso, 120 m de haut
Mes premières fans
Mes premières fans

La route sera ensuite mouvementée, nous sommes en terres volcaniques et les boucles s’enchaînent.

Nous nous apercevons rapidement que le jeu en vaut la chandelle.

Lac Toba, au large de Samosir
Au large de l’ïle de Samosir ou Pulau Samosir
Panorama en altitude
Panorama en altitude

Parapat -> Pulau Samosir

Nous nous rapprochons de Parapat, le chauffeur nous dépose à un distributeur où nous devrons nous approvisionner pour plusieurs jours. Pas d’ATM sur l’île de Samosir et peu d’endroits acceptent les paiements par carte, il faut donc bien calculer son coup et être prévoyant.

Une fois arrivés près de l’embarcadère, nous quittons notre chauffeur et attendons le prochain bateau pour Tuk Tuk, situé au Nord-Est de Samosir. Il passe toutes les heures, raté de peu nous attendons le prochain en admirant le coucher de soleil.

Coucher de soleil sur Samosir
Coucher de soleil sur Samosir

La traversée nous coûtera 20 000 IND pp (1,25 €), le prix évoluera selon votre destination, notre hôtel se trouvant au niveau du terminus (à la sortie de Tuk Tuk), nous paierons le maximum (mais bon, ça reste raisonnable hein !). Ce qui est plutôt chouette c’est qu’il vous dépose devant votre hôtel ! Par contre, c’est fait à l’arrache, vous devez débarquer à l’aide d’une mini planche, prier pour ne pas tomber dans l’eau et surtout serrer très fort la main de la personne qui vous aidera à sortir du bateau.

Nous quittons Alex et Romy et passons une première nuit au Tuk Tuk Timbul Bungalows. Nous y resterons 3 nuits, la vue sur le lac y est splendide mais quasiment tous les hôtels de Tuk Tuk ont cette même vue.

Au pied de notre chambre
Au pied de notre chambre

Notre chambre était plutôt lugubre et la salle de bain très humide, pas franchement le top, nous ne recommandons donc pas vraiment cet hôtel mais vous n’aurez pas de difficultés à en trouver d’autres dans le coin, à un prix tout aussi abordable.

Chambre avec vue
Chambre avec vue

Pour notre premier jour à Samosir, nous décidons de partir à pied et explorer les environs.

Nous découvrons les maisons de style Batak (Bolon Houses) et leurs toits caractéristiques. Les Batak Toba, peuple chrétien habitent exclusivement aux alentours du lac Toba et sur l’île de Samosir et parlent le… Batak Toba (ils ne se sont pas trop foulés).

Rues de Tuk Tuk
Rues de Tuk Tuk

Les paysages sont très beaux et nous sommes entourés par les cacaoyers.

Cacaoyer
Cacaoyer
Maïs séchant sur le trottoir
Maïs séchant sur le trottoir

Notre marche est interrompue à de (très) nombreuses reprises par des collégiens nous demandant d’évaluer leur niveau d’anglais. Ils nous posent quelques questions : d’où nous venons, pourquoi nous sommes là, notre âge, notre nom, notre religion, etc. Nous devrons ensuite remplir un formulaire que les jeunes Indonésiens soumettront à leur prof.

"Sir, picture, sir sir!"
« Sir, picture, sir sir! »

Nous faisons de notre mieux pour ne pas trop les casser dans nos commentaires car en règle générale il y a encore du taf mais nous sommes agréablement surpris par ce type de devoir et certains s’en sortaient très bien ! Ils doivent tout de même aborder 10 personnes étrangères, oser leur poser toutes ces questions, (tout en les filmant), ce qui n’est franchement pas évident, chouette initiative.

Un autographe à la fois
Un autographe à la fois

Nous constaterons que cette tâche n’est pas uniquement demandée dans les écoles de Samosir puisqu’on nous demandera la même chose à Padang (580km de là) quelques jours plus tard.

Bon plan : ce petit resto (Orari Restaurant) avec vue sur le lac et surtout le wifi gratuit ! Leurs jus de fruits (servis sans glaçons) sont fameux et leur ikan goreng (poisson frit) délicieux.

Orari Restaurant
Orari Restaurant

Nous y repasserons le lendemain !

Tuk Tuk est un village très touristique, hôtels et magasins de souvenirs bordent les routes. Il y a néanmoins assez peu de monde, voire très peu de monde en ce début septembre, ce qui ma foi, n’est pas plus mal !

Nous finirons la journée au Laster Jony’s Guest House, un bar/resto/auberge où nous retrouverons Alex et Romy pour partager quelques Bintangs et parties de Uno. Un petit groupe local y joue tous les soirs, très sympa. “C’est la fête” comme dirait le chanteur, en français dans le texte.

Alex, Romy, Ariane, Damien
Alex, Romy, Ariane, Damien

Le lendemain, nous louons un scooter auprès de notre hôtel (100 000 IND / 6 € la journée) pour découvrir davantage Samosir.

Nous n’en verrons néanmoins qu’une infime partie, l’île faisant 630 km² ! Soit 6 fois la superficie de Paris Intra-muros ! Fou fou pour une île située au cœur d’un lac ! Je vous laisse imaginer la taille du lac Toba… (bon, je vais vous le dire, il fait 1130 km²).

Les paysages sont vraiment splendides et l’ambiance générale de l’île est ultra paisible, de quoi bien se ressourcer !

Simanindo
Simanindo

Seulement quelques kilomètres nous mèneront à la King Siallagan’s Stone Chair, (7 500 IND l’entrée / 0,5 €), nous pourrons y admirer d’autres bâtisses Batak et un regroupement de pierres datant de seulement 300 ans, où des malfaiteurs étaient attachés les yeux bandés puis décapités.

King Siallagan's Stone Chair
King Siallagan’s Stone Chair

Nous irons ensuite jusqu’à la pointe Nord de l’île pour visiter le Museum Huta Bolon Simanindo (10 000 IND l’entrée). Nous avons pu visiter l’une des Bolon Houses mais le tout n’a que peu d’intérêt, très peu d’information nous est offert, un guide n’aurait pas été de refus pour le coup. Des démonstrations de danse batak ont lieu à 10h30 mais nous arriverons trop tard pour y assister.

Museum Huta Bolon Simanindo
Museum Huta Bolon Simanindo

Nous en profiterons néanmoins pour faire de belles images au bord de l’eau.

Panorama sur le Lac Toba
Panorama sur le Lac Toba

Ce sera également la première sortie de Dronie, plutôt cool hein ?

Village Batak, vu du ciel
Village Batak, vu du ciel

Nous reprendrons ensuite le chemin de Tuk Tuk, mais non sans difficultés puisque le pneu avant de notre scoot décidera de rendre l’âme en cours de route ! Nous sommes au milieu de nulle part, à une quinzaine de km de Tuk Tuk. Gloups !

Nous continuerons à rouler tant bien que mal jusqu’à la prochaine habitation, sous les rires de quelques locaux que nous croiserons. Not cool !

Personne ne parle anglais mais notre problème est relativement simple à expliquer, on nous fait signe de continuer 1 km pour faire réparer notre pneu.

3 km plus tard sans trouver quoique ce soit nous nous arrêtons à une petite épicerie où un monsieur nous invite à confier notre scooter à son fils qui l’emmènera au “garage” non loin de là. Un peu désespérés nous acceptons avec joie et soulagement ! Il nous demandera seulement 10 000 IND / 0,60 € pour la réparation du pneu, truc de fou !

Nos sauveurs
Nos sauveurs

20 min plus tard, que nous passerons à discuter avec la maman qui parle bien anglais et un petit peu en français, le fils revient tout fier avec le scooter réparé ! Nous ne saurons jamais ce qu’ils y ont fait précisément, toujours est il que nous avons pu rentrer au village sans soucis ! Ouf, on s’en est bien sorti !

On the road again
On the road again

Nous avons ensuite pris la route du Tourism Information Center Tuktuk, pour nous renseigner un peu plus sur les environs et la façon de voyager jusqu’à Bukittinggi, notre prochaine étape. Manque de bol, la personne présente ne parlait pas du tout anglais, c’est malheureusement monnaie courante en Indonésie, elle nous a juste donné un leaflet en indonésien sur Samosir. Meh.

Nous nous arrêtons finalement à une sorte d’agence qui propose plusieurs manières d’accéder à Bukittinggi.

On nous propose 3 options pour faire Parapat-Bukittinggi : un bus pour 260 000 IND, 15 heures de route ; un mini-van de 6 personnes pour 450 000 IND par personne, 18 heures de route ; ou une voiture privée pour 2 000 000 IND avec environ 13 heures de route.
Nous avions lu d’horribles reviews sur le night bus surnommé le “nightmare bus” avec de la musique à fond, des animaux, des gens qui fument, la clim’ qui fuit, les toilettes qui empestent, etc. N’étant plus que tous les 2 nous optons donc pour le mini-van qui nous paraît, sur le moment, être un bon compromis. Avons-nous fait le bon choix ? Réponse dans le prochain article !

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑