Escale à Pemuteran (Bali)

Après notre périple sur Java et les quelques ascensions qui ont rythmé cette partie du voyage, il était temps de prendre un peu de repos, en l’occurrence à Pemuteran (oui, on peut être fatigué en voyage et s’octroyer des moments plus calmes).
C’est plutôt pratique, Java est située à 45 min de ferry d’une des îles les plus renommées au monde : Bali.

Un autre point positif en faveur de notre escapade Balinaise était que nous avions déjà eu l’occasion d’y passer 2 semaines en 2015 avec un couple d’amis (dédicace pour vous Maïté & Laurent) et que notre séjour s’était tellement bien passé que l’on avait quitté l’archipel avec l’idée de revenir.

Un point noir se dessinait tout de même à l’horizon : le réveil du Volcan Agung (Gunung Agung dans le texte).
Ce stratovolcan n’a plus été actif depuis 1963, date de sa dernière éruption, mais cette dernière avait d’ailleurs été particulièrement meurtrière avec plus de 1100 victimes et des cendres expulsées jusqu’à Jakarta (1000 km à l’Est de Bali tout de même…).
Le volcan capricieux étant situé au Nord-Est de l’île nous avons préféré garder nos distances et nous sommes donc arrêtés à Pemuteran.

Pemuteran, au Nord-Ouest de Bali

Lors de notre dernier séjour, nous avions déjà passé quelques jours à Pemuteran pour découvrir la « ville » et les alentours. Cette fois-ci ce sera snorkeling, plongée, massages et Bintang(s) sur la plage !

La faune locale, plutôt sympathique
La faune locale, plutôt sympathique

Cette station balnéaire un peu à l’écart des attractions touristiques du Sud de Bali (Kuta, Seminyak, etc.) est particulièrement bien placée et très rapide à rejoindre depuis Java. Il ne nous aura fallu qu’une petite demi-heure de route depuis l’embarcadère de Gilimanuk pour arriver à notre hôtel.

Le Magus est un petit homestay classique pour la région avec une décoration soignée et très agréable, une chambre assez simple donnant sur une salle de bain à ciel ouvert, dont l’atmosphère n’est pas aussi ‘sauvage’ que notre première chambre à Bukit Lawang, mais faisant son petit effet et s’avérant être très plaisant.

Salle de bain à ciel ouvert - Pemuteran
Salle de bain à ciel ouvert

Les services sont également assez classiques avec le petit-déjeuner inclus -Banana pancake, terimah kasih!-, la possibilité de louer un scooter et une belle liste de partenaires pouvant organiser des sorties, plongées, transports…

Magus homestay Ganesh - Pemuteran
L’accueil au Magus homestay, divin

Les sorties justement, parlons-en ! Comme je le mentionnais un peu plus tôt, le but de cette étape à Pemuteran était principalement de se reposer et de profiter des petites merveilles sous-marines accessibles en quelques battements de palmes.

La grande plage principale est devenue depuis plusieurs années un petit sanctuaire pour animaux marins grâce à la création d’un récif corallien artificiel et protégé. Dans les faits, des structures ont été enfouies à quelques mètres sous la surface et un organisme local s’occupe désormais de faire pousser diverses sortes de coraux pour revigorer les fonds marins.

Une des structures du Bio-rock de Pemuteran
Une des structures du Bio-rock de Pemuteran

Il faut avouer que les efforts ont payé car les poissons sont au rendez-vous et il transparaît à Pemuteran une vraie volonté de protéger ces récifs et les sites naturels des alentours. C’est malheureusement suffisamment rare en Indonésie pour être souligné.

Safe entry - Pemuteran
Les coraux ont la priorité
Banc de poissons à Pemuteran
Quand on dit qu’ils sont revenus…

J’en profite pour ajouter une mention spéciale pour un parc national qui est justement situé pas très loin d’ici : Taman Nasional Bali Barat. Nous l’avions visité il y a deux ans au cours d’une belle randonnée et avions également fait un peu de snorkeling à Menjagan island. Cela reste encore aujourd’hui un de nos meilleurs souvenirs de par la qualité des coraux, la proximité avec les poissons (60 cm de fond à peine) et des couleurs magnifiques à perte de vue.

J’ai également pris part à une petite plongée de remise à niveau -n’ayant pas plongé depuis plusieurs mois- avec Reef Seen. J’avais passé chez eux une partie de ma certification Open Water, donc c’était l’occasion de passer faire un petit coucou à Amanda & Adrian, le couple britannique qui tient le centre. Si vous avez la chance d’être dans les parages et êtes intéressés par la plongée, foncez ! En plus d’être un centre de plongée sérieux, ce sont des pionniers dans le coin, le fondateur ayant notamment participé à la création du bio-wreck.

Biorock de Pemuteran - Cocher
Mon poisson favori : cocher

C’est dans cet environnement que nous avions planifié quelques activités aquatiques Ariane et moi. Il était prévu que Madame passe son premier niveau de plongée pendant que je m’initierais à l’apnée. À cause de l’asthme assez sérieux d’Ariane, Amanda a préféré attendre un certificat médical pour la pratique de la plongée. Ne trouvant pas de médecin hyperbare (docteur spécialisé dans la plongée, pour faire simple) dans les environs de Pemuteran, Ariane devra attendre l’étape que nous avons planifiée à Singapour pour y effectuer sa visite médicale. De mon côté, ma formation étant déjà réservée, je vais passer 2 jours à me familiariser avec la plongée en apnée. Pour avoir mon ressenti sur cette activité et sur le fait de passer un peu de temps avec les poissons sans bouteilles, c’est par ici.

4 ou 5 mètres sous la mer
Capitaine Nemo, quatre mètres sous la mer

Au cours du séjour nous nous sommes également offert une petite séance de massage à l’aloe vera. Un classique à Bali, la séance aura coûté environ 130k par personne, soit 8,15€, pour une séance d’une heure. Un délice.

Il reste le dernier classique Balinais : la Bintang sur la plage, au coucher de soleil. C’est un peu cliché donc ça nous va très bien !

Fin de journee a Pemuteran
Fin de journée paisible à Pemuteran
Pemuteran Bintang et sable fin
Un classique on vous dit !
un coin un peu plus... sauvage
Une fois la plage dépassée, le coin apparait un peu plus… sauvage

Nous avons finalement quitté notre petit cocon pour rejoindre Denpasar et son aéroport international. Après un trajet en voiture privée sans accroc (comportant la petite étape ‘waterfall’ fortement suggérée et le paiement du parking qui va avec) nous avons pris nos quartiers dans un petit hôtel un peu -trop?- excentré de Kuta afin d’être au plus près de Ngurah Rai le lendemain matin, pour notre départ vers Singapour !

Cascade jungle Bali
Une cascade de plus au milieu de la jungle

Pour lire la suite de nos aventures dans cette ville-état, il faudra suivre le fil d’Ariane.

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑